Aïnata avait les commandes du château, elle contrôlait toutes les paroles qui s’y disaient ; elle était toujours au courant de ce que Mme Coline ou M. Marco avait dit à la police. Elle convoquait tout le monde au salon et procédait aux interrogatoires ». C’était ce qu’elle appelait « le contre-interrogatoire, et cela lui permettait de gagner du temps, disait-elle, pour dissimuler l’arme du crime.

Entrée libre

mercredi, 3 novembre 2021
15:00 (2h)

Hall de l’IFC