CONCERT ET DOCUMENTAIRE

Hommage à Bob Marley pour les 40 ans de sa disparition

L’institut français du Congo rend hommage à l’immense Bob Marley pour cé- lébrer les 40 ans de sa disparition, sous la forme d’un programme audiovisuel, où les plus grands artistes reggae du Congo : I Jah Man, Conquering lions, Kizma Connection etc. revisiteront son répertoire et présenteront le leur, rythmé par des témoignages d’artistes et de personnalités, du Congo ou de l’étranger, de Roga Roga à Tiken Jah Fakoly.

Bob Marley, métis, revendiquait les origines kongo de la culture rasta, dans laquelle on retrouve beaucoup d’éléments kongo. Il chante dans « Natty dread » (titre éponyme du premier album des Wailers) en 1974 « Dreadlocks Congo Bongo I » (Mes dreadlocks viennent du Congo). Comme le souligne l’un de nos témoins, le Pr Arsène Francoeur la région de l’ancien Kongo est un cordon ombilical entre la Jamaïque et l’Afrique.

Aussi notre fil rouge sera la relation très forte de Bob Marley à l’Afrique et au Congo, ainsi que son influence essentielle sur la naissance du reggae et dumouvement rasta au Congo, toujours aussi vivant. Nous sommes notamment allés à la rencontre de la communauté rasta de Loango, de là où justement étaient emmenés les esclaves.

Les dreadlocks de Bob Marley jetées dans le fleuve Congo par son épouse Rita.

Bob Marley a demandé à son épouse Rita de jeter ses dreadlocks dans le fleuve Congo. L’historienne Scholastique Diazinga était jeune attachée culturelle à la Présidence de la République C’est elle qui a accompagné Rita Marley pour cette cérémonie intime dans les années 80. C’est la première fois qu’elle ra- contera ce témoignage devant une caméra.

mardi, 11 mai 2021
12:00 (1h)

Cafét de l’IFC